Filters
  • Bardage Bois Brulé Exterieur

    Il existe de nombreuses façons d'utiliser le bardage bois brulé extérieur. Les utilisations les plus courantes de ce type de revêtement sont sur l...

  • Bardage Bois Brulé Intérieur

    Les avantages de l'utilisation d'un bardage bois brulé intérieur incluent le fait qu'il s'agit d'un produit durable et durable. Le bardage est égal...

  • Bardage Bois Brulé japonais

    Le bardage extérieur en bois. Le bardage bois brulé japonais est populaire car il s'agit d'une solution abordable et durable pour le bardage ext...

  • Bardage Bois brule noir

    Le bardage bois brule noir est un type de revêtement fabriqué à partir de bois noir brûlé. Il a l'apparence de flammes sombres et fuligineuses....

CONNAISSEZ-VOUS LA PROVENANCE DE LA FACADE EN BOIS BRÛLÉ ?

Le bardage bois brûlé est le résultat d’une technique de protection naturelle du bois d’origine japonaise, également appelée shou sugi ban.

COMMENT FONCTIONNE LA FACADE EN BOIS BRÛLÉ ?

Le bardage bois brulé consiste à brûler en profondeur la surface d’une planche afin d’obtenir une couche superficielle de carbone. Les planches de bois finalement transformées étaient utilisées à l’époque comme bardage pour les maisons en bois. Le shou sugi ban est encore utilisé aujourd’hui au Japon pour les maisons traditionnelles, mais également pour le bardage des bâtiments modernes et contemporains.

Traditionnellement, ce procédé de traitement consiste à assembler trois planches de cèdre japonais (sugi) pour former une cheminée au pied de laquelle on allume un feu. La flamme part du bas et se propage vers le haut au fur et à mesure que le bois brûle. Lorsque le temps de combustion est atteint, le feu est stoppé.

POURQUOI UN TEL ENGOUEMENT POUR Le bardage bois brulé

Le bardage bois brulé suscite beaucoup d’intérêt. Les plus grands designers du monde ont  d’ailleurs adopté cette technique qui permet une gamme infinie de variations visuelles dans le revêtement de surface. On trouve ainsi une gamme de couleurs allant du noir intense au noir avec des reflets gris ou bleus. Des textures variées en fonction de l’intensité avec laquelle le bois a été gratté ou brûlé. On peut obtenir une surface aussi soyeuse que la peau ou, au contraire, conserver les irrégularités du bois et son aspect “écaille de tortue”. Chaque planche de bois est recouverte d’une couche de carbone à l’aspect unique.

Ce traitement peut être utilisé aussi bien en intérieur qu’à l’extérieur, pour des revêtements de façade, des clôtures, du mobilier ou des revêtements muraux. Il se marie parfaitement avec le style contemporain. Le bois brûlé sur la façade de la maison est une finition élégante qui ajoute sobriété et singularité au bâtiment. Les murs massifs et les structures de couleur noire absorbante, associés à des fenêtres panoramiques sombres au vitrage teinté, tout cela contribue à faire de la construction un ensemble étonnant.

La décision non standard d’utiliser du bois brûlé sur la façade de la maison est devenue un outil pour son intégration dans une nature parfois sauvage. Le noir symbolise l’ombre de la forêt et lorsqu’elle est entourée d’une végétation dense, elle se fond littéralement dans le paysage.

Le bois brûlé sur la façade d’une maison est avant tout une technique fonctionnelle plutôt qu’esthétique. Il utilise du bois traité selon la technologie japonaise du yakisugi qui s’attache au caractère permanent et à la lenteur de la croissance de l’arbre.

Il faut savoir que si votre maison comporte une façade est en bois brûlé, cela signifie que votre maison résiste au feu, ne pourrit pas, ne craint pas les parasites ou les intempéries.

Le bardage bois brulé constitue donc un choix élégant et fonctionnel et permet d’ajouter de l’originalité à la construction dont il constitue le revêtement. Le bâtiment ainsi paré s’avère non seulement original dans le contexte du design, mais bénéficie également d’une atmosphère spéciale, d’un aspect sophistiqué et particulièrement dans la tendance actuelle

POURQUOI OPTER POUR Le bardage bois brulé ?

LES PROPRIÉTÉS Du bardage bois brulé

Patine

“Wabi Sabi” est le terme japonais qui désigne la façon dont le bois brûlé se patine. C’est l’argument poétique de la beauté du vieillissement. Vieillir gracieusement de manière naturelle plutôt qu’artificiellement, à l’aide de produits chimiques. En choisissant la façade bois brûlé, on obtient une façade unique et en plus sans entretien. Puis, cette façade devient argentée avec le temps. Il est possible d’acheter un apprêt noir si, après un certain nombre d’années, on souhaite retrouver l’aspect noir originel.

Respect de l’environnement

Outre le fait que la façade en bois brûlé soit élaborée selon une formulation non toxique, c’est le bois portant les labels FSC et PEFC qui est généralement utilisé. Cela signifie que l’on ne coupe pas plus de bois que la forêt ne peut en reproduire. De plus, cela garantit le fait que les animaux et les plantes soient protégés et que les personnes qui travaillent dans la forêt soient formées et reçoivent des équipements de sécurité et des salaires appropriés. Cette technique de façade bois brûlé est donc empreinte d’un souci de respect de l’environnement et s’inscrit dans la démarche actuelle de construction durable et écologique.

LE BARDAGE BRÛLÉ : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Le bardage brûlé, ou yakisugi, est le résultat d’une technique de protection naturelle du bardage d’origine japonaise, également appelée shou sugi ban. Elle consiste à brûler profondément la surface d’une planche pour obtenir une couche superficielle de carbone. Les planches de bardage ainsi transformées étaient utilisées à l’époque comme bardage pour les maisons en bardage. Le shou sugi ban est encore utilisé aujourd’hui au Japon pour les maisons traditionnelles, mais aussi pour le bardage des bâtiments modernes et contemporains

Traditionnellement, ce procédé de traitement consiste à assembler trois planches de cèdre japonais (sugi) pour former une cheminée au pied de laquelle on allume un feu. La flamme part du bas et se propage vers le haut au fur et à mesure que le bardage brûle.

Lorsque le temps de combustion est atteint, le feu est arrêté avec de l’eau.

Bien que son origine soit souvent attribuée au Japon, cette technique est aussi vieille que le monde.

Déjà à l’époque préhistorique, le durcissement du bardage sur le feu était utilisé pour chasser les mammouths, comme en témoigne le romancier préhistorique Jean M. Auel dans sa série de livres Le Clan des ours des cavernes. Plus récemment, au Moyen Âge, la base des piquets de bardage était brûlée avant d’être enfoncée dans le sol lors de la conception de clôtures. De même au Canada, cette technique est très répandue, les Canadiens parlent de la torréfaction du bardage.

Aujourd’hui la technique a évolué et le bardage est brûlé dans des fours spécialisés. Malgré tout, chacun peut brûler son propre bardage à la maison.

POURQUOI UN TEL ENGOUEMENT POUR LE BARDAGE BRÛLÉ ?

Les plus grands designers du monde ont adopté cette technique qui permet une gamme infinie de variations d’aspect. On trouve ainsi une gamme de couleurs allant du noir intense au noir avec des reflets gris ou bleus. Des textures variées en fonction de l’intensité avec laquelle le bardage a été gratté ou brûlé. On peut obtenir une surface aussi soyeuse que la peau au toucher ou, au contraire, conserver les irrégularités du bardage et son aspect “écaille de tortue”. Chaque planche de bardage est recouverte d’une couche de carbone à l’aspect unique.

Au Japon, le célèbre architecte Terunobu Fujimori a réalisé plusieurs projets en bardage brûlé.Ce traitement peut être utilisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, pour des revêtements de façade, des clôtures, du mobilier ou des revêtements muraux. Il se marie parfaitement avec le style contemporain ! Vous pouvez trouver des idées de réalisations en bardage brûlé ici.

QUELLES SONT SES VERTUS EXACTES ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la vocation première du bardage brûlé était de protéger les maisons… du feu. Construites en bardage, le risque que le feu se propage d’une maison à l’autre dans un village était trop important et aurait fait des ravages. Le bardage brûlé recouvert de cette couche de carbone retardait considérablement la propagation du feu. Un véritable retardateur de flamme naturel.Cette technique permet également de lutter contre les nuisibles tels que les insectes xylophages, qui ne peuvent plus se nourrir de la cellulose et de la lignine du bardage puisqu’elles ont été transformées en carbone, un élément non comestible pour ces insectes. Les champignons lignivores ne se développent pas non plus. Cela signifie que le bardage peut être stocké pendant plus de 80 ans.

Enfin, cette belle couche superficielle de carbone protège naturellement des rayons UV du soleil, principale source d’altération du bardage à l’extérieur.

D’un point de vue écologique, le processus est entièrement naturel. Nous parlons ici de construction verte. Et cela séduit de plus en plus la jeune génération qui recherche quelque chose de plus naturel et de plus durable.

COMMENT FABRIQUEZ-VOUS UN VÉRITABLE SHOU SUGI BAN ?

Sugi signifie cèdre japonais. C’est le bardage qui est traditionnellement protégé par cette technique. Mais ce traitement peut également être appliqué au douglas et plus généralement à tous les bardage résineux.

Pour réaliser cette technique, il faut compter une dizaine de minutes par planche (selon l’aspect souhaité) pour la brûler soit dans un grand lit de braises, soit avec un simple chalumeau. Pour que la carbonisation protège suffisamment le bardage, elle doit atteindre une épaisseur de 3 à 5 millimètres. Une fois brûlé, la surface est arrosée d’eau pour arrêter la carbonisation. L’excédent de charbon de bardage peut ensuite être enlevé à l’aide d’une brosse pour ajuster la finition de la surface.

Il s’agit du traitement du bardage le plus naturel et le plus durable. Son seul inconvénient est qu’il laisse des traces noires au contact et que la couche de charbon est fragile et sensible aux frottements et aux intempéries.

Vous trouverez de nombreuses vidéos montrant le processus de fabrication. Elle nécessite un peu de matériel et de patience mais attention aux brûlures, cette technique peut être dangereuse. En cas de doute, il vaut mieux laisser faire les professionnels.

Le bardage en bardage calciné, également connu sous le nom de bardage en bardage brûlé, Shou Sugi Ban et Yakisugi, est une technique traditionnelle japonaise qui offre de nombreux avantages, tels que de meilleures propriétés, une plus grande durabilité et un entretien réduit par rapport aux autres types de bardage courants. Au cours de la dernière décennie, le bardage Shou Sugi Ban a gagné en popularité dans le monde entier. Ce type de revêtement est plus qu’une simple tendance de design.

Le bardage en bardage carbonisé offre un revêtement unique, durable, écologique et magnifique pour tous les types de maisons. Le processus de carbonisation du bardage a été inventé au Japon au 18e siècle. Il s’agit d’une méthode de préservation du bardage qui consiste à brûler la surface à différents degrés, puis à l’enduire d’huile. L’art japonais du Yakisugi augmente l’ignifugation du bardage, fait ressortir sa beauté naturelle et accroît sa durabilité et sa résistance aux éléments. Ce qui fait du bardage en bardage brûlé un choix judicieux Les experts de Shou Sugi Ban brûlent chaque planche de bardage des deux côtés avec un chalumeau. La partie extérieure du bardage, la cellulose, est ainsi brûlée, ne laissant que la lignine noire. La procédure de brûlage est à la fois délibérée et soigneusement contrôlée. Selon le projet, une partie du charbon est grattée avec une brosse rigide avant d’être scellée avec une huile non toxique. Les acheteurs peuvent choisir le type de bardage et le degré de carbonisation qu’ils souhaitent, en fonction du projet. Le bardage en bardage carbonisé peut être moins cher que les autres types de bardage courants, tout en offrant un résultat unique qui dure des décennies. Il est également plus facile à travailler car la carbonisation adoucit le bardage. Même le bardage récupéré peut être un excellent choix pour la carbonisation. Le processus du Shou Sugi Ban est entièrement réalisé à la main, ce qui permet d’obtenir un produit d’une beauté unique, durable et pérenne.

Le Shou Sugi Ban offre plusieurs avantages importants qui le distinguent des autres types de bardage. Selon le type de bardage et le processus de carbonisation lui-même, vous pouvez le trouver dans tous les motifs, textures et tons imaginables. Cette polyvalence en fait une solution parfaite pour une grande variété de styles architecturaux, du contemporain au traditionnel. En plus d’un aspect unique qui ne s’estompe pas avec le temps comme les solutions courantes en bardage non traité, le bardage Yakisugi est extrêmement résistant aux conditions climatiques extrêmes. Le plus grand avantage du bardage en bardage calciné est probablement son endurance inégalée.

Avec une résistance fantastique aux fourmis, aux termites et autres parasites, ce type de bardage peut protéger votre maison pendant 100 ans. Tout ce que vous avez à faire est de l’huiler une fois par décennie, le prix de l’entretien est donc minime, et il n’y a pas de quoi s’inquiéter en cas de remplacement. Grâce à tous ces avantages, le bardage calciné est un choix fantastique pour les clôtures, les porches, les terrasses, les patios et bien d’autres applications, donnant à votre maison un aspect vraiment unique et augmentant considérablement son attrait.

Entretien

Le Shou Sugi Ban est une technique entièrement naturelle qui permet de préserver les revêtements en bardage. Il s’agit d’une solution très respectueuse de l’environnement car aucun produit chimique nocif n’est utilisé dans le processus. Le bardage en bardage brûlé doit recevoir une nouvelle couche d’huile tous les 10 à 15 ans pour conserver sa belle couleur naturelle et préserver ses propriétés. De nombreux types de bardage peuvent être utilisés pour le Yakisugi : de l’Accoya, du mélèze et du pin à l’épicéa et au cèdre, pour n’en citer que quelques-uns. Les bardage les plus populaires pour les revêtements carbonisés sont le mélèze, le pin et le cèdre. Réflexions finales Les bardages en bardage calciné japonais sont beaux et attrayants, offrant une finition entièrement naturelle à votre maison, aussi fiable que belle et économe en énergie. Le procédé Shou Sugi Ban constitue un choix fantastique pour de nombreux types de projets différents. Le bardage en bardage calciné est un moyen non toxique d’améliorer l’attrait de votre propriété sans avoir d’impact négatif sur l’environnement. La popularité du bardage Yakisugi a augmenté de manière significative ces dernières années, et de plus en plus de personnes se tournent vers lui comme une alternative abordable et écologique aux types de bardage classiques. Si vous envisagez cette option pour la maison de vos rêves, les solutions de revêtement Degmeda peuvent vous aider. Avec de nombreuses options parmi lesquelles choisir, vous trouverez certainement la solution idéale pour votre projet. L’entreprise est en activité depuis dix années très fructueuses, avec une équipe d’experts et une vaste gamme de produits prêts à donner vie à toutes vos idées. Le revêtement extérieur en bardage brûlé Shou sugi ban est un produit naturel, très durable, qui est à l’origine une finition japonaise pour les maisons, révélant la beauté du bardage naturel préservé. Qu’est-ce que le bardage Shou sugi ban ? Le shou sugi ban est une ancienne finition japonaise de bardage carbonisé créée en brûlant la surface du bardage pour le préserver. Le produit final est également connu sous le nom de Yakisugi (yaki signifie cuire/brûler et sugi est le nom japonais du cèdre), mais shou-sugi-ban semble avoir gagné comme le terme le plus communément utilisé en anglais, et il est parfois simplement connu comme une finition de bardage carbonisé.

Habituellement réalisée avec des planches de cèdre ou de mélèze, la fine pellicule de carbone qui se crée lors d’une très légère combustion en surface protège le bardage. L’humidité est ainsi aspirée et le composé chimique qui en résulte protège le bardage. Le cèdre et le mélèze sont des bardage locaux, très durables et résistants à la pourriture. Ce procédé peut également être réalisé avec d’autres bardage courants tels que le pin, la pruche, l’érable ou le chêne et constitue la finition parfaite pour l’extérieur de divers matériaux de charpente en bardage. Comment la finition du bardage carbonisé est-elle fabriquée ? Les planches de bardage sont brûlées de chaque côté, ce qui est généralement fait avec un chalumeau. À l’aide d’une brosse rigide, les résidus de carbone sont ensuite retirés des planches et le matériau est rincé à l’eau. Une fois que la planche est sèche, il est idéal d’appliquer une huile naturelle non toxique pour la sceller. Les couleurs vont généralement d’une couleur de bardage naturel très riche à un noir profond. L’aspect final est déterminé par l’essence du bardage, l’étendue de la brûlure et la vigueur du brossage. Il est possible de manipuler davantage la couleur en utilisant une teinture au lieu d’une huile. Avantages : Durable et longue durée : l’espérance de vie du shou sugi ban est estimée à plus de 80 ans lorsqu’il est correctement entretenu. Cycle de vie : Le bardage est une ressource renouvelable et aucun produit chimique n’est nécessaire pour la finition. Nous nous en voudrions de ne pas reconnaître que des combustibles fossiles sont nécessaires pour le processus de combustion, mais la durée de vie qui s’ensuit rend ce sacrifice négligeable. Esthétique : Il est possible d’obtenir une variété de couleurs magnifiques en fonction de la profondeur de la combustion et de la profondeur du brossage, afin de modifier ou de rehausser les couleurs – et il peut également être teinté. Résistance à l’eau : La combinaison de bardage carbonisé et d’huile rend la planche résistante à l’eau et aux moisissures. Résistance au feu : Croyez-le ou non, la combustion du bardage peut lui conférer des propriétés ignifuges. Qui l’aurait cru ? Résistance aux insectes : Les termites et autres insectes problématiques détestent le bardage brûlé. Entretien : Si l’utilisation prévue est de le laisser à l’extérieur et exposé aux intempéries (bardage, clôtures, terrasse durable), il doit être huilé tous les 10 à 15 ans environ, ce qui est assez standard pour le traitement du bardage à l’extérieur.

Il conservera mieux sa couleur et restera résistant à l’eau plus longtemps s’il est bien entretenu. Pour les utilisations intérieures où il sera principalement vu et non touché, il ne nécessitera pratiquement aucun entretien. Lorsqu’il est utilisé comme meuble, l’entretien nécessaire dépend de l’usage qui en est fait – une table basse peut être plus malmenée que d’autres pièces. Mais l’entretien du bardage huilé est assez simple ; il suffit d’un rapide ponçage à la main, si nécessaire, et de passer une seule couche d’huile. Bardage Shou sugi ban et bardage torréfié :

Il existe un traitement du bardage apparenté appelé bardage torréfié ou bardage thermo-modifié, dans lequel des planches fraisées sont cuites dans un four à haute température. La quasi-totalité de l’humidité est éliminée au cours de ce processus, ce qui peut modifier la structure cristalline de la cellulose. Cela rend le bardage plus stable sur le plan dimensionnel et plus résistant à la croissance des champignons, mais, à ce stade, il est moins résistant aux impacts et aux abrasions. De plus, c’est la carbonisation du shou-sugi-ban qui lui confère sa protection contre les rayons UV. Avec le bardage torréfié, certaines de ces caractéristiques avantageuses font défaut ; de plus, les teintures et les huiles n’y adhèrent pas aussi bien après traitement. Comment faire un bardage en bardage shou sugi ban : Afin d’obtenir une finition d’aspect homogène, il faut être très précis. Le chalumeau doit être passé à la même vitesse et tenu à la même distance du bardage pour obtenir une brûlure uniforme. Vous pouvez également utiliser les charbons d’un feu, mais vous obtiendrez alors une finition beaucoup plus irrégulière. Production de revêtement en bardage carbonisé Shou sugi ban image via Youtube Il est toujours important d’être précis, mais il n’est pas aussi facile de se tromper, lorsque l’on brosse l’excès de carbone. Maintenez une pression régulière sur la brosse, et allez toujours dans le sens du grain. Cette étape peut en fait vous aider à ramener les planches à la couleur souhaitée si vous les avez un peu trop brûlées par endroits, en brossant un peu plus vigoureusement. Lorsque vous huilez le bardage, étalez-la uniformément sur la surface à l’aide d’un chiffon ou d’un pinceau (dans le sens du grain, bien sûr). Essuyez l’excédent et laissez sécher ; il est recommandé de passer une deuxième couche d’huile à ce stade. Vous devez accepter de légères variations de couleur et de consistance si vous voulez essayer vous-même, mais si vous voulez vraiment que la couleur soit uniforme, il est préférable de l’acheter auprès d’un fabricant professionnel.

Le bardage de récupération peut également être un choix de Shou sugi ban écologique, car la finition brûlée devrait égaliser les différences de couleur des planches de bardage de récupération. Ce processus n’est donc pas compliqué, mais il doit être réalisé en toute sécurité ; n’oubliez pas que vous jouez ici avec le feu. Gardez de l’eau à portée de main et utilisez des lunettes de protection et un masque respiratoire lorsque vous brossez et huilez les planches de revêtement Shou sugi ban – la finition extérieure parfaite pour toute conception de maison durable et écologique.