Essence de bois : le Peuplier

Le peuplier est un genre de 25-30 espèces de plantes à fleurs à feuilles caduques dans la famille Salicaceae, originaire de la plupart de l’hémisphère nord.

Furni-5

Présentation et origine

Furni2-2

Arbre de la famille des Salicacées, le peuplier compte 55 espèces et de nombreux hybrides répartis sur l’ensemble de l’hémisphère nord.

Deux espèces, que l’on rencontre essentiellement en Europe, sont particulièrement appréciées commercialement : le peuplier blanc et le peuplier noir.

Le nom peuplier, employé depuis le XIIIe siècle, vient du latin Populus. Son milieu de prédilection est non forestier, humide, lumineux et à sol assez riche.

On le rencontre ainsi au bord des cours d’eau, dans des haies et des alignements plantés. Sa croissance est aussi rapide que son espérance de vie est courte.

 

Il atteint une hauteur de 20 à 30 mètres et développe un tronc plus ou moins ébranché, droit et cylindrique. L’écorce lisse et gris verdâtre devient, en vieillissant, brune et rugueuse. Les feuilles sont simples et dentelés, la face supérieure verte, l’inférieure blanchâtre ou grisâtre.

Les individus sont dioïques, c’est-à-dire soit mâles, soit femelles et leur développement est largement favorisé par le bouturage et le drageonnage.

Aspect

Le peuplier est l’un des bois les plus légers et les plus tendres de nos contrées. Ses qualités sont étroitement liées à ses
conditions de croissance. En effet, plus cette croissance est rapide, plus le bois sera léger et tendre, une rapidité qui peut quelquefois favoriser la production de « bois de tension ».

Il est de couleur blanche à crème, avec parfois quelques nuances rougeâtres ou grisâtres. Présentant un aubier large et indifférencié, le peuplier possède un grain fin à très fin avec des cernes peu apparents et un fil généralement droit. Enfin, on notera que les vaisseaux ont une section polygonale, et que les fibres sont parmi les plus longues de tous les feuillus.

Principales caractéristiques

La densité du peuplier est comprise entre 0,32 et 0,55 à 12% d’humidité, la moyenne étant de 0,44. Ce bois jouit par ailleurs de caractéristiques mécaniques assez élevées au regard de sa masse volumique. C’est pourquoi il est de plus en plus utilisé.

Sa culture est bien encadrée, et différents organismes nationaux et régionaux fournissent toutes les informations nécessaires au choix des cultivars à planter en fonction de la qualité des terrains et de la région de production.

Applications

Reconnu comme bois «alimentaire» (étude Emabois, 2015), le peuplier trouve sa principale utilisation dans la fabrication de produits d’emballage : cagettes, palettes, boîtes à fromage, bourriches à huîtres, palox de pommes de terre, etc. Sa légèreté et sa robustesse sont particulièrement appréciées. Le bois est donc déroulé ou tranché en placage pour obtenir ces objets de stockage ou de manutention.

Avec 800 millions d’emballages légers produits chaque année, la France se classe au deuxième rang européen. Cette industrie utilise environ 630000 m3 de peuplier, soit 46% de la récolte totale. L’empreinte carbone d’une tonne d’emballage peuplier s’élève à 72 kg de CO2, contre 774 kg de CO2 pour une tonne de carton ondulé, ou encore une tonne de CO2 pour une tonne d’emballage plastique (sources : Ademe, Siel, Felco). Le peuplier est également utilisé en construction, du fait de sa légèreté.

Autrefois, il était tout particulièrement employé en charpente dans les maisons individuelles et dans les granges. Les sciages, le bâtiment et les produits qui s’y rapportent (bardage, lambris…) représentent 24% de ses débouchés. Après traitement thermique, procédé alternatif au traitement chimique, il peut être utilisé en aménagement extérieur.

FCBA travaille d’ailleurs depuis 2012 à la qualification des feuillus traités à haute température lors de la première transformation. On le retrouve aussi aujourd’hui dans certains CLT, habituellement en résineux. Enfin, le peuplier est de plus en plus employé dans la fabrication de contreplaqué, qui vient peu à peu remplacer les panneaux en bois exotiques, notamment dans l’automobile et le nautisme. 240000 m³ sont produits en France chaque année, dont 58% en pin maritime et peuplier.

De même, la fabrication de panneaux de particules ou MDF de peuplier se développe progressivement. Les différentes opérations de transformation du peuplier induisent des produits connexes destinés au bois d’industrie. Par exemple, la longueur caractéristique de ses fibres fait de ce feuillu l’un des plus aptes à la production de pâte à papier. Enfin, de faibles volumes sont utilisés pour la literie, le moulurage et la menuiserie intérieure.

Conseils d’utilisation, finition

Le sciage du peuplier, bois tendre, est généralement assez aisé. Il est néanmoins nécessaire de respecter quelques règles spécifiques à cette essence. En effet, un angle assez ouvert et une voie large sont indispensables afin d’éviter que le bois ne peluche. Le déroulage (en employant des angles compris entre 18 et 20°) et le tranchage s’effectuent sans étuvage.

Le séchage ne suit pas de règles précises et l’aubier peut atteindre 200% d’humidité. Des poches d’eau rendent parfois cette opération délicate. Il faut donc rester vigilant durant cette phase. L’usinage du bois sec impose des outils aiguisés. On fera attention à la pression des cylindres d’entraînement, qui peuvent marquer le bois. Le collage nécessite des doses assez élevées.

Clouage et agrafage donne d’excellents résultats. Enfin, le ponçage est parfois problématique, celui-ci relevant les fibres. L’application de lasures et de peintures ne pose pas de problèmes, mais le vernissage impose un égrenage.

Le peuplier en chiffres

Avec 1,5 million de m3 de bois chaque année, le peuplier est après le chêne, la deuxième essence feuillue la plus récoltée sur notre territoire. Ce chiffre fait de la France le premier pays producteur européen et ses 230000 hectares cultivés la classent deuxième productrice mondiale derrière la Chine. Le peuplier fournit en moyenne 25% de la récolte de bois d’œuvre feuillu chaque année, alors qu’il représente moins de 2% de la surface forestière feuillue de l’Hexagone.

Disposant du cycle de rotation le plus court, il se récolte en quinze à vingt ans seulement. Si, dans les années 90, environ deux millions d’arbres étaient plantés chaque année, ils ne sont plus que 750000 aujourd’hui, soit la moitié des besoins pour les années à venir. C’est entre autres pour cette raison qu’a été lancée en 2014 la charte Merci le peuplier, destinée à rapprocher entreprises et populiculteurs et prévoyant un appui financier afin d’encourager les replantations après récolte.

Dimensions et choix commerciaux

On notera tout d’abord que la taille de formation et l’élagage influent grandement sur la qualité des bois produits. En fonction des utilisations envisagées et de la variété récoltée, différents classements existent; ils ont été répertoriés dans une étude réalisée par FCBA (Qualité du bois des nouveaux cultivars de peuplier, à télécharger sur peupliersdefrance.org) portant sur les variétés actuelles et sur celles en cours de développement, qui constitueront la production des vingt prochaines années.

USINAGE RÉSISTANCE À LA FENTE CLOUAGE/VISSAGE COLLAGE DURETÉ
Assez facile Excellente Moyen à bon Tendre

PROPRIÉTÉS PHYSIQUES

CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES À H=12 %

Découvrez nos produits en Peuplier

Bois techniques

Charpente

Terrasse

Parquet/lambris

Bardage

Panneaux

Home CategoriesAccount
Search